Vous êtes ici >
Newsletter

Noms célèbres

Chassepot

Fils de contrôleur d’armes de la Manufacture nationale d’armes, Alphonse Chassepot est né à Mutzig le 4 mars 1833. Doué d’une vive intelligence et possédant à fond la mécanique, il devint l’inventeur du fusil à aiguille qui porta son nom et dont l’armée française fut munie de 1866 à 1874.
En 1858, à l’École de tir de Vincennes, où de très fréquents essais de fusils à aiguille eurent lieu, Chassepot présenta pour la première fois un fusil de ce genre. Le 27 août 1866 il fit breveter son fusil sous le N° 79.699. Le 30 août 1866 l’adoption du fusil Chassepot, dit « Fusil Modèle 1866 » est décidée.
En 1867, une commande de 180 000 fusils modèle Chassepot fut passée à la Manufacture d’armes de Mutzig ; et en moins de trois années, sous la direction du Colonel Clerc, cette commande fut exécutée. Les Chassepots provenant de la Manufacture d’armes de Mutzig portent les lettres de série D, E sur le plan latéral gauche du canon.
Alphonse Chassepot, d’abord ouvrier au Dépôt central de l’Artillerie à Paris, fut nommé Contrôleur d’armes et Chevalier de la Légion d’honneur ; il mourut à Gagny en 1905.
 

Le chanoine Joseph Gass

Après sa scolarité à l’école communale il entre à quinze ans au Petit Séminaire de Zillisheim et passe l’« Abitur » en 1887. Puis Joseph Gass entre au Grand Séminaire de Strasbourg pour être ordonné prêtre à la cathédrale de Strasbourg le 10 août 1892. Il célèbre sa première messe à Mutzig le dimanche 14 août. Il poursuit des études supérieures en automne 1892 à Munich puis en 1893 pour 3 ans à Würzburg.
Il revient à Strasbourg en 1896 pour être nommé professeur d’histoire de l’Église au Grand Séminaire de Strasbourg où il assure la charge d’économe et de bibliothécaire à partir de 1899.
En 1914, il s’expatrie à Würzburg. Après la guerre il revient en Alsace et reprend son poste comme professeur d’histoire. C’est aussi l’homme de confiance de Monseigneur Ruch pour les affaires délicates liées aux problèmes autonomistes. Le 30 avril 1928, il est nommé chanoine titulaire de la cathédrale de Strasbourg. On lui décerne le titre de Chevalier de la Légion d’honneur en 1933 puis celui d’Officier en 1950.
Sa santé décline à partir de 1933 et il fait plusieurs cures à Bains-les-Bains, lieu où il reste pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale.
En 1950, il est hospitalisé après une chute et il décède le 25 décembre 1951 dans sa 85e année à la clinique Sainte-Odile. Depuis le 28 décembre 1951, il repose au cimetière de sa ville natale. Son œuvre consacrée surtout à l’histoire religieuse est considérable.
 

Bouchotte

Né le 4 novembre 1770 à Metz (fils de Jean Didier Bouchotte et de Marie Lucie Georgy) (époux de François Sophie Jacquin). Inspecteur de la Manufacture d’armes de Mutzig lors de sa création, Chevalier de la Légion d’honneur, Jean-Baptiste Charles Bouchotte fut en son vivant lieutenant colonel d’artillerie, membre de la Chambre des députés de 1830, membre du conseil général de la Moselle, du conseil municipal de Metz, de la commission administrative des hospices civils de Metz, membre titulaire de l’Académie royale des lettres, sciences et arts et d’agriculture de Metz, etc. Décédé à Metz le 25 janvier 1852 dans sa 82e année.
 

Arbogast

Louis François Antoine Arbogast, avocat et mathématicien, né à Mutzig le 4 octobre 1759, décédé à Strasbourg le 18 avril 1803. Fils d’Antoine Arbogast, secrétaire de Bailli, et de Catharina Schmitt. Avocat non plaidant au Conseil Souverain d’Alsace, professeur de mathématiques, puis recteur au corps royal d’artillerie et de physique du collège national de Strasbourg ; il fut lauréat de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg (1790).
Membre de la société des amis de la Constitution ; notable de la commune, il fut élu député de Strasbourg à l’assemblée législative où il refusa de voter la mort du roi et joua un rôle effacé. Réélu à la Convention, il fut à l’origine directe de l’adoption du nouveau système d’uniformisation des poids et mesures. Il fut aussi président du comité d’instruction publique. Il organisa l’école centrale de Strasbourg où il enseigna les mathématiques jusqu’à la fin de sa vie. Il était membre de l’Institut et de la Société libre des Sciences, Arts et Belles-lettres de Strasbourg.
 

Retour haut de page
Prochainement
14/10/2016

En 2017 offrez votre sang.

Planning des collectes :

    ...
12/01/2017

A partir du 12 janvier 2017 se dérouleront des ateliers nutrition...

16/02/2017

Distribution alimentaire, vestiaire dont les recettes servent à...

Le Rohan
Patients
Comédie dramatique
Le 30/03/2017
Le Dôme
Orchestre Roger HALM
Concert
Le 25/03/2017 -